Où en sont les partis

#PASDANSMONONTARIO

Voici ce que proposent les partis politiques pour soutenir les personnes ayant une incapacité ou déficience intellectuelle et leurs familles s’ils parviennent à former un gouvernement

Le 16 mai 2018

La plateforme électorale du Parti Vert est décrite dans Vision VertVision verte décrit les promesses du parti sous trois rubriques : Emplois, Gens et Planète.

Les aspects du plan du Parti Vert qui abordent particulièrement les besoins des personnes handicapées sont les engagements suivants :

  • Instaurer un système de revenu de base pour s’assurer que les gens disposent d’un revenu égal ou supérieur au seuil de la pauvreté.
  • Augmenter immédiatement les prestations du Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées et du programme Ontario au travail pour atteindre des taux qui correspondent au seuil de faible revenu afin de remédier aux lacunes des programmes sociaux actuels.
  • Augmenter le plafond des avoirs pour les bénéficiaires des prestations du programme Ontario au travail et du Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées, en veillant à ce que le montant soit indexé au taux d’inflation.
  • S’assurer que les programmes d’aide sociale répondent aux besoins des personnes ayant des déficiences liées à la santé mentale et à la toxicomanie en veillant à ce que les critères d’admissibilité reconnaissent leur maladie et que les prestations ne soient pas interrompues durant les périodes de transition (p. ex. hospitalisation, incarcération).
  • Accroître le soutien au financement de l’éducation de l’enfance en difficulté destiné aux conseils scolaires pour répondre aux besoins des enfants présentant des atypies d’apprentissage et des problèmes de santé mentale.
  • Augmenter l’investissement dans les services de santé mentale et de toxicomanie afin que les patients puissent obtenir le bon traitement pour favoriser le rétablissement.
  • Accroître le financement pour le soutien en matière de santé mentale et de toxicomanie pour les enfants et les jeunes afin de réduire les délais d’attente et développer les services spécialisés en matière de santé mentale et de toxicomanie.
  • Accroître le financement destiné à la recherche appliquée sur la santé mentale et la toxicomanie et évaluer les résultats du traitement.
  • Faire appel à une approche « priorité au logement » pour offrir des logements avec services de soutien aux personnes ayant des problèmes de santé mentale et de toxicomanie, des déficiences physiques ou des lésions cérébrales acquises qui sont sans abri ou risquent de le devenir.
  • Veiller à ce que les prisonniers souffrant de maladies mentales ne soient pas placés en isolement cellulaire et qu’ils reçoivent les soins de santé appropriés et exprimer clairement un engagement de transférer la responsabilité pour la prestation des soins de santé des établissements correctionnels au ministère de la Santé et des Soins de longue durée.
  • Mettre pleinement en œuvre la Loi sur l’accessibilité pour les personnes handicapées de l’Ontario en préparant un plan d’application, en affectant des ressources à l’application et en appuyant une campagne de sensibilisation du public.
  • Accorder aux petites entreprises un incitatif fiscal pour l’adaptation du milieu de travail afin de les aider à modifier leurs installations dans le but de répondre aux besoins des personnes handicapées.

Le Pari libéral n’a pas encore rendu publique sa plateforme électorale de 2018. Le programme du Parti libéral a cependant été défini dans l’annonce faite dans le budget provincial du 28 mars, et qui a été adopté le 8 mai.

Selon le budget, le Parti libéral s’engage à faire ce qui suit s’il est réélu :

À compter de 2018, l’Ontario investira 1,8 milliard de dollars supplémentaires sur trois ans pour élargir les services aux personnes ayant une incapacité ou déficience intellectuelle. Parmi les choses qui seront financées figurent les suivantes :

  • Étendre le financement direct concernant le programme Passeport pour s’assurer que plus de 40 000 personnes ayant une incapacité ou déficience intellectuelle admissibles recevront au moins 5 000 $ par année. Par conséquent, cela pourrait atténuer les effets des réductions de financement que les gens subissent actuellement lorsqu’ils passent des services aux enfants aux services aux adultes, et ce, en assurant un financement d’au moins 5 000 $ tout au long de la période de transition.
  • Augmentation du financement de plus de 200 millions de dollars sur trois ans (57 millions la première année) accordé aux organismes communautaires pour améliorer la capacité des fournisseurs de services. Intégration communautaire Ontario a été informé par des représentants du gouvernement que le financement de la première année comprendrait une augmentation proportionnelle dans la deuxième et troisième année et représenterait une augmentation de 103 millions de dollars dans le financement annualisé actuel accordé aux organismes à la fin de la période des trois ans. On nous a également dit que le gouvernement était déterminé à travailler avec le secteur pour régler les contraintes qui pèsent sur les organismes comme l’équité salariale, le projet de loi 148 et les futures augmentations salariales, et que les 200 millions de dollars étaient destinés aux contraintes actuelles au lieu de ces éléments en cours.
  • Soutenir plus de 800 personnes ayant une incapacité ou déficience intellectuelle qui sont placées de façon non convenable dans des hôpitaux, des foyers de soins de longue durée, des abris ou des établissements correctionnels pour qu’elles habitent dans des logements convenables et sécuritaires dans leur collectivité.
  • Encourager les solutions de logement novatrices au niveau communautaire qui augmenteront la capacité d’hébergement et amélioreront les soutiens à domicile, notamment les services de répit aux fournisseurs de soins pour atténuer les problèmes liés aux soins à temps plein, ce qui permet aux personnes de vivre chez eux plus longtemps.
  • Assurer des ressources pour la gestion de cas et planifier des soutiens qui aideront les jeunes à accéder aux services pertinents lorsqu’ils passent à l’âge adulte, notamment l’accès aux études postsecondaires, l’emploi et les ressources financières.
  • Mettre en œuvre une ligne téléphonique d’urgence 24 heures par jour 7 jours sur 7 pour offrir du soutien direct aux personnes et familles ayant des besoins urgents et déployer les professionnels de première ligne pour prévenir les situations de crise.
  • Renforcer la formation des travailleurs de première ligne du secteur des politiques et de la justice pour identifier les personnes ayant une incapacité et déficience intellectuelle et possiblement les éloigner du système de justice, en les dirigeant vers des services plus appropriés, au besoin.

Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées

Le budget inclut un certain nombre de changements aux prestations liées au Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées. Parmi les principaux changements figurent les suivants :

  • Augmenter les taux du programme Ontario au travail et du Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées de trois pour cent chaque année pour les trois prochaines années à compter de l’automne 2018.
  • Augmenter les autres prestations et allocations, notamment les allocations pour besoins personnels de deux pour cent annuellement pour les trois prochaines années à compter de l’automne 2018.
  • Augmenter le montant du revenu d’emploi que l’on peut gagner, sans avoir d’incidence sur les prestations, à 400 $ par mois au lieu des 200 $ par mois actuellement, et ce, à l’automne 2018.
  • En 2019-2020, une autre augmentation du montant que l’on peut gagner à 6 000 $ par mois, en calculant les exemptions chaque année.
  • Le plafonnement de l’épargne versée dans les comptes d’épargne libres d’impôt ou les régimes enregistrés d’épargne-retraite sera éliminé à compter de septembre 2018.
  • Le plafonnement des disponibilités et des d’actifs liquides sera totalement éliminé pour les personnes recevant les prestations du Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées.

Autres investissements

Le programme électoral du Nouveau parti démocratique est souligné dans Changeons pour le mieux. Le document définit cinq domaines prioritaires :

  • Une assurance médicaments et dentaire pour tous les Ontarien(ne)s.
  • Mettre fin à la médecine de couloir et réparer le système de soins aux ainés.
  • Réduire les factures d‘électricité́ de 30 % et ramener Hydro One comme propriété́ publique.
  • Convertir les prêts étudiants en bourses et créer des milliers de stages co-op pour les étudiant(e)s.
  • Protéger les familles de la classe moyenne en veillant à ce que les plus riches paient leur juste part.

Ci-dessous sont les références au déficiences intellectuelles qui font partie des initiatives du Nouveau parti démocratique :

  • En conformité́ avec le conseil du groupe de travail, les prestataires du programme Ontario au travail recevront des augmentations de 10 %, 7 % et 5 %, alors que les personnes bénéficiant du Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées auront droit à des augmentations annuelles de 5 %. Les augmentations futures seront basées sur la suffisance du revenu, et établies par une commission indépendante.
  • Le NPD continuerons le Projet pilote portant sur le revenu de base et nous évaluerons ses effets. Nous appuierons la demande de développer, au cours de la prochaine décennie, une norme de revenu minimum qui permette aux gens de sortir de la pauvreté́.
  • Le NPD veillerons à ce que la Loi sur l’accessibilité́ pour les personnes handicapées de l’Ontario soit appliquée dans sa totalité́.
  • Les personnes handicapées n’auront plus à faire une nouvelle demande pour obtenir du soutien quand elles atteignent 18 ans.
  • Le NPD affectera des logements abordables aux Ontariens et Ontariennes qui vivent avec des déficiences développementales et intellectuelles.
  • L’investissement par le NPD dans 30 000 logements supervises offrira aux adultes qui vivent avec des déficiences développementales un accès au logement qui permette de s’assurer que ces adultes mènent des vies riches et plus indépendantes.
  • Le NPD investira 67 millions de dollars annuellement pour augmenter l’appui aux agences qui offrent des services aux adultes vivant avec des déficiences développementales, afin qu’ils puissent participer à la vie de leurs communautés, disposer d’options lorsqu’il s’agit de services publics, et bénéficier d’une belle qualité́ de vie.
  • Le NPD développera une stratégie exhaustive de soutien à l’autisme, en étroite collaboration avec les familles, le personnel soignant, les personnes autistes et les expert(e)s dans le domaine.
  • Nous financerons l’éducation spécialisée en fonction des besoins réels et non de la population en général, en évaluant les besoins en temps opportun. Cela se traduira par une hausse globale du financement alloué aux élèves ayant des besoins spéciaux, ce qui aidera les écoles, les enseignant(e)s, les para-professionnel(le)s et les aides-enseignant(e)s à fournir à ces enfants le soutien dont ils ont besoin.
  • Nous prendrons appui sur les réussites des écoles provinciales et d’application de l’Ontario, notamment en aidant les étudiant(e)s sourds, aveugles ou sourds-aveugles et les élèves ayant des troubles d’apprentissage qui nécessitent un plus grand soutien. Nous supprimerons le plafond sur les salles de classe.

Aucune plateforme a été annoncée par le Parti progressiste-conservateur pour le moment et rien par rapport au secteur des services aux personnes ayant une déficience intellectuelle, leurs familles, ou aux agences communautaires.

Chef du Parti progressiste-conservateur Doug Ford a promis de faire ce qui suit :

  • Garder le salaire minimum à $14.
  • Éliminer les impôts provinciaux pour les travailleurs au salaire minimum.
  • Abandonner le système de plafonnement et d’échange et d’opposer une taxe sur le carbone pour freiner le changement climatique.
  • Rouvrir le débat au sujet de l’éducation sexuelle.
  • Mettre à la porte, Mayo Schmidt, le président et premier dirigeant d’Hydro One, en raison de son salaire de 6 millions de dollars par année.

VOTRE VOTE COMPTE

Historiquement, les enfants et les adultes qui avaient une incapacité ou déficience intellectuelle étaient placés dans des établissements et pris en charge par la province souvent pendant des décennies. Il y avait peu de possibilités pour les personnes de participer à la vie de leur collectivité. Ils étaient séparés et il y avait de nombreux cas de violence psychologique, physique et sexuelle contre les personnes qui vivaient dans ces établissements.

En 2009, la province a fermé ces établissements. Cependant, le gouvernement avait cessé d’offrir de nombreux soutiens nécessaires pour aider les personnes à vivre dans la collectivité. Par conséquent, les soutiens qui sont normalement offerts par les familles, les amis et les voisins sont mis à contribution de façon déraisonnable pour compenser l’absence du soutien du gouvernement qui n’a pas honoré ses engagements.

Il existe en Ontario différents financements, soutiens et services, mais l’accès à ces soutiens est souvent insuffisant et arbitraire, et le gouvernement tarde à répondre aux besoins des personnes qu’il a jugées admissibles au soutien :

  • 73 % des adultes en âge de travailler ayant une déficience intellectuelle qui vivent seuls vivent dans la pauvreté, comparativement à 23 % des personnes du même âge parmi la population générale.
  • Les enfants perdent le financement du soutien pour une seule raison : atteindre l’âge de 18 ans. Ils doivent déposer à nouveau une demande d’aide financière en tant qu’adultes, mais il n’y a aucune certitude quant au moment ou au montant qu’ils recevront.
  • Le ministère des Services sociaux et communautaires prévoit que le nombre de personnes inscrites à la liste d’attente pour le financement du soutien aux adultes atteindra 11 000 en avril 2018.
  • Le nombre de personnes inscrites à la liste d’attente pour les services en établissement atteint 11 000, et il est fréquent que les adultes attendent plus de 20 ans pour obtenir un logement.
  • Depuis presque dix ans, de nombreux organismes communautaires qui soutiennent les enfants et les adultes n’ont reçu aucun nouveau financement pour atténuer les contraintes opérationnelles autres que les augmentations sporadiques et modestes des salaires des employés et pour répondre aux récents changements à la Loi sur les normes d’emploi.

Une personne ayant une déficience intellectuelle, qui pourrait être un membre de votre famille, votre ami ou votre voisin, devrait-elle être traitée de cette façon en tant que résidente de l’Ontario?

Les familles devraient-elles se trouver en situation de crise pour qu’elles soient entendues?

Nous disons « Non! » et d’autres sont d’accord :

Le Comité spécial des services aux personnes ayant une déficience intellectuelle, un comité multipartite qui a été formé en 2013, avait affirmé que nous assistions à ce moment-là à une crise. Parmi les recommandations énumérées dans son rapport final, Inclusion et Possibilités : Une nouvelle voie à suivre pour le secteur des Services aux personnes ayant une déficience intellectuelle en Ontario, le comité a indiqué que toutes les personnes ont le droit à des soutiens appropriés et en temps opportun pendant toute leur vie. Il a également lancé un appel pour mettre fin aux listes d’attente.

L’Ombudsman de l’Ontario a enquêté sur 1 400 plaintes déposées par des personnes et des familles, et ce, à partir de 2012. Dans son rapport de 2016, Dans l’impasse, Paul Dubé a formulé 60 recommandations pour régler la crise à laquelle font face les personnes et les familles.

La Convention relative aux droits des personnes handicapées des Nations Unies, que le Canada a ratifiée en 2010, énonce ce que le gouvernement est obligé d’assurer aux gens. L’Ontario n’a pas encore mis en œuvre bon nombre de droits énoncés dans la Convention.

Durant une réunion publique à Windsor le 15 février 2018, la première ministre Kathleen Wynne a reconnu la nécessité d’un plan à long terme.

Le temps est venu pour un changement substantiel et coordonné et un leadership réfléchi de la part de la province.

Nous lançons un appel au prochain gouvernement pour faire de la question des personnes ayant une incapacité intellectuelle en Ontario une priorité, et élaborer un plan d’action avec les intervenants communautaires pour mettre en œuvre des solutions qui :

  • Mettront fin au cycle de pauvreté parmi les personnes ayant une incapacité intellectuelle ou connexe.
  • Mettront un terme aux listes d’attente pour des soutiens en matière de logement.
  • Mettront un terme aux listes d’attente pour un financement de soutien aux enfants et aux adultes.
  • Assureront un financement de transition aux jeunes passant à l’âge adulte.
  • Assureront un financement opérationnel aux organismes communautaires.
  • Assureront que des services et des soutiens sont requis afin que, peu importe l’endroit où une personne vit en Ontario ou le gouvernement en place, les personnes ayant une incapacité intellectuelle puisse obtenir ce qui est nécessaire pour participer pleinement à la vie communautaire.
  • Communiqueront la manière dont les soutiens et les services sont accessibles aux personnes ayant une incapacité intellectuelle et à leur réseau de soutien (familles, amis ou autres qui ont des liens étroits avec la personne).

Nous vous remercions d’avance du soutien que vous apporterez à Intégration communautaire Ontario et ses associés pour veiller à ce que tous les Ontariens soient en mesure de participer pleinement à la vie de leur collectivité.

Participez à la campagne #PasDansMonOntario aujourd’hui.